La team
retour

En septembre 2011, animée par le désir d’entreprendre, Laëtitia Toulouse fonde Mews comme on s’inventerait une famille, un gang de super potes, une très fine équipe.

Inspirée par les projets professionnels de son entourage, de son réseau, elle imagine un clan, un crew, aussi singulier qu’irrésistible, formé par quelques personnalités hors du commun, toutes porteuses d’ambitieux projets.

Le choix des prospects s’opère par « coup de cœur » avec l’ambition de conter les histoires d’hommes et de femmes, d’entrepreneurs, de marques et d’établissements, leur âme, leur essence.
Parisienne de sang, de cœur et peut-être d’accent, Laëtitia déjoue l’attraction des pôles – celle des clichés aussi – et installe en septembre 2013, une antenne Mews au cœur de la cité phocéenne.

Quelques années plus tard, le pari est réussi, l’agence s’impose comme référante dans le Sud pour les médias nationaux, tout en gardant sa précieuse assise parisienne !

Débarqué chez Mews en Avril 2015, Martin, c’est la « touch » masculine qui manquait au RP. Lui, préfère les chiffres aux chiffons, les vignes aux régimes, l’apéro bien plus que le tricot.

Inventif, curieux, très alerte de l’actualité, il offre à ses clients une expertise de « l’instant », chaque prétexte est une opportunité de communication.
Sans détour ni bla-bla, il décroche ainsi ce qu’il veut dans les médias.

Sa belle gueule et son accent marseillais font définitivement chavirer le cœur des journalistes et le papier glacé des magazines !

 

Camille c’est l’agenda de Mews ! Oui, son truc à elle c’est les expo, cocktails, pop-up ou opérations solidaires des clients de l’agence.
De tous les bons plans, un genre d’éphéméride à elle toute seule, Camille murmure à l’oreille des journalistes ce qui se fait de plus cool entre Paris et Marseille.

Mais celle qui fredonne pour se concentrer, marche vite, très vite et porte le t-shirt sous toutes ses formes (pourvu qu’il ait de la gueule) est également attachée aux pôles Design et Enfants de l’agence. De quoi ringardiser Damidot (ah bon, c’est trop tard ?!) et dynamiser les pages shopping de la presse natio !